La sécurité routière aux alentours des établissements scolaires est une priorité !                                               

Cet article présente les différentes dimensions à prendre en compte et les différentes actions à mettre en place dans le cadre de la sécurisation des espaces urbains autour des établissements scolaires.

Les lieux concernés sont les établissements scolaires, mais également tous les lieux où les jeunes pratiquent des activités extra-scolaires comme les espaces de jeux, les bibliothèques, les gymnases, les écoles de musique, les écoles de danse...

La sécurité routière aux abords des écoles


Généralités sur la sécurité aux abords des écoles

Un accident est une collision non désirée qui crée un déséquilibre entre l'usager, le véhicule et l'infrastructure avec son environnement. L'accident peut avoir des conséquences moins graves, voir même être évité, si l'un de ces facteurs est absent.

"Le syndrome du nid"

Les accidents en rapport avec les trajets scolaires se produisent plus généralement aux alentours du domicile des élèves.

L'enfant se sent en sécurité chez lui et a tendance à ne pas être assez attentif et même être trop confiant lorsqu'il sort à proximité de son domicile. 

Les aménagements sont plus souvent à proximité des établissements scolaires, là où tous les usagers doivent être méfiants et où leur attention est très sollicitée par l'ambiance de la ville. Malheureusement, ces aménagements sont très rares aux abords des domiciles, ce qui entraîne un relâchement de l'attention et de ce fait, une augmentation de la fréquence des accidents.

Bon à savoir : Les problèmes de sécurité routière sont plus importants hors des heures d'entrées et de sorties car la circulation est plus fluide et la vitesse des véhicules augmente. Pendant les heures d'affluence, les parents sont en difficultés de stationnement, ce qui entraîne une vitesse ralentie et donc une meilleure sécurité. En revanche, le stationnement gênant peut gêner la visibilité des enfants pour traverser, ce qui peut engendrer un accident.

Il est essentiel que les jeunes prennent conscience des dangers de la circulation et de s'intéresser à leur mobilité :

  • Afin que cela agisse aussi sur les parents
  • Pour que les bons réflexes et les bonnes habitudes soient pris au plus tôt 
  • Afin que les parents n'empêchent pas leurs enfants d'aller à l'école en vélo ou à pied

Afin d'apporter plusieurs bienfaits aux jeunes, il est important de travailler aussi bien sur la santé que sur l'environnement et la sécurité routière.

Les spécificités des établissements scolaires

Les écoles présentent les particularités suivantes :

  • Très forte affluence sur une période temporelle très courte ce qui entraîne la confusion : une grande vigilance est donc nécessaire autour des établissements scolaires
  • Des heures creuses qui imposent moins de contraintes mais engendre une augmentation des dangers
  • Une diversités d'usagers (piétons, véhicules, deux roues, bus...)
  • Des usagers d'âges différents avec des comportements et des habitudes différents pas forcement adaptés

Le comportement des enfants dans la rue

  • Manque de visibilité des véhicules concernant les enfants (à cause de leur petite taille)
  • L'enfant a tendance à se focaliser sur ce qu'il se passe en face de lui
  • Il n'a pas l'habitude de distinguer les bruits de véhicules s'approchant ou s'éloignant
  • L'enfant a du mal à évaluer les vitesses et les distances
  • Il n'a pas assez d'expérience pour prendre des décisions rapides et analyser la situation efficacement
  • L'environnement habituel peut être dangereux et l'enfant peut manquer de vigilance
  • L'enfant imite l'adulte, il faut donc les éduquer correctement et donner le bon exemple

Les modes de déplacement des jeunes en fonction de leur âge

  • Moins de 7 ans : il se déplace le plus souvent en voiture ou à pied accompagné d'un adulte
  • Entre 7 et 14 ans : il commence à se déplacer seul à pied ou à vélo et à emprunter les transports en commun, mais il n'a pas d'expérience en tant que piéton
  • Entre 14 et 17 ans : il se déplace seul à pied, à vélo, à cyclomoteur ou grâce aux transports en commun
  • A partir de 17 ans : le jeune est autonome et les déplacements sont de plus en plus importants

La problématique de la sécurité routière près des écoles

Afin de proposer des actions et des moyens d'actions appropriés, il faut au préalable organiser un recueil minimal de données :

Les enjeux :

  • Avoir connaissance des accidents et de leur lieu
  • Données sur les vitesses pratiquées, en particulier en dehors des heures d'entrées et de sorties scolaires

Les établissements scolaires :

  • Âge des élèves
  • Nombre d'élèves
  • Heures d'entrées et de sorties des classes

Les déplacements :

  • Lieu de domicile des élèves
  • Comportement des enfants dans les espaces publics 
  • Les informations sur les transports en commun (lignes, fréquences, lieux des arrêts...)
  • Modes de déplacements utilisés
  • Problèmes rencontrés 
  • Trafic routier et types de voies de circulation

L'urbanisme :

  • Position de l'établissement par rapports aux habitations
  • Présence d'infrastructures infranchissables
  • Repérages des itinéraires privilégiés
  • Les accès aux établissements

La santé :

  • Comment est prise en compte la problématique ? (médecine scolaire...)

Les différentes actions proposées

En fonction des données récoltées et selon les orientations souhaitées, différentes actions peuvent être envisagées :

Réaliser des actions de communication :

  • Communiquer sur la santé, l'environnement et la sécurité routière afin d'inciter la prise de conscience

Réduction de l'usage des véhicules particuliers motorisés aux alentours des écoles :

  • Rendre le trajet moins attractif et plus sécurisant
  • Gérer l'organisation des stationnements
  • Favoriser l'écomobilité scolaire (marche, vélo...)
  • Organiser des déplacements collectifs
  • Gérer l'accès à l'établissement pour les enseignants et le personnel administratif

Supprimer les dysfonctionnements en cas d'accident ou de ressenti :

  • Modération des vitesses
  • Diminution des conflits potentiels identifiés (visibilité...)
  • Avoir recours à la sanction

Des mesures de prévention de l'insécurité routière pour les jeunes et leurs parents :

  • Actions de sensibilisation, d'éducation et de contrôle

Recherche d'un signal pertinent permettant d'identifier facilement la présence de l'établissement depuis l'espace public

A savoir : il faut 8 minutes à un enfant pour parcourir 500 mètres à pied tout en sachant que la carte scolaire démontre que 90 % des écoles en France sont à moins d'1 km du domicile des élèves.

Signalisation routière aux abords des établissements scolaires

Le code de la route français comporte des panneaux spécifiques pour améliorer la sécurité et la circulations des enfants. Par exemple, le panneau A13a permet de signaliser aux automobilistes la présence d'un endroit fréquenté par des enfants à proximité.

Il est également possible de poser d'autres panneaux routiers permanents qui signalent la présence d'une école et donc la nécessité de ralentir et d'être prudent comme par exemple le panneau prudence école attention enfants. Ce panneau existe en 16 modèles différents pour s'adapter au message souhaitant être véhiculé ou à la vitesse à respecter. Vous pouvez voir ces 16 modèles ci-dessous.

Panneau prudence école enfants

Ces panneaux peuvent être complétés par une signalisation horizontale, c'est-à-dire un marquage au sol sur la route avec par exemple l'application de peinture routière blanche à travers des pochoirs tels que le pochoir attention traversée d'enfants ou le pochoir attention école. Ce marquage au sol vient renforcer la sécurité routière près des établissements scolaires.

Promouvoir l'usage des modes de déplacements autres que les véhicules particuliers motorisés

Pourquoi ?

  • Le trajet du domicile à l'école est un lieu d'apprentissage de la sécurité routière car sa fréquentation est quotidienne
  • Permet la pratique d'un exercice physique régulier
  • Permet à l'enfant de se créer d'autres modèles de déplacements
  • Permet une diminution des émissions de pollutions (atmosphériques et sonores)
  • L'éducation civique et la responsabilisation des jeunes peuvent être développées
  • Des liens sociaux peuvent être créés
  • Diminution du stress pour les parents

Comment ?

  • Implication de tous les usagers (parents, enfants, associations, police...)
  • Mise en oeuvre d'un Plan de Déplacements Etablissements Scolaires (PDES)
  • Mettre en place un Plan de Déplacements Urbains (PDU) 
  • Actions en faveur des transports en commun (fréquence plus adaptée...)
  • Actions en faveur des piétons (cheminements attractifs, montages d'opérations de sensibilisation, organisation de journées dédiées...)
  • Actions en faveur des cyclistes (aménagements, installation de parcs de stationnement...)


Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Facebook Prozon Linkedin Prozon Twitter Prozon Youtube Prozon