Il existe de nombreux modèles de triflash ayant des caractéristiques et des prix différents. Prozon vous aiguille et vous aide à trouver le produit qui correspond le plus à ce que vous recherchez.

Un triflash, c’est quoi ?

Un triflash est un triangle de chantier lumineux doté de 3 LED dans ses angles. Dans le langage commun, le mot triflash désigne un panneau AK5 (panneaux de chantier « travaux ») lumineux grâce à 3 LED, qui se place sur le toit d’un véhicule de chantier. Cependant, le triflash peut également être posé sur le bord de la chaussée. Le logo affiché sur le triflash LED peut varier. Au lieu du logo AK5, il est possible d’afficher le logo AK14 (point d’exclamation ⚠️). 

Il a donc pour mission d’informer les usagers de la route de la présence d’une zone de travaux ou d’un véhicule de chantier à progression lente ou à l’arrêt. Cela renforce la sécurité car les automobilistes sont alertés que des engins peuvent surgir : ils adaptent ainsi leur vitesse et sont plus prudents.

Quelle réglementation pour les triangles triflash ?

Ce sont les articles 122-C et et 131-C de l’arrêté du 16 novembre 1998, relatif à l’approbation de modification de l’instruction interministérielle sur la signalisation routière, qui nous indiquent la démarche à suivre en matière de signalisation sur véhicule et plus particulièrement de triflash.

Que dit la loi ?

La réglementation impose à certains véhicules de s’équiper d’un panneau AK5 doté de 3 feux de balisage dont l’alerte est synchronisée. Ce dernier doit être visible depuis l’avant et depuis l’arrière du véhicule.

La taille du triflash doit être adaptée au Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) du véhicule sur lequel il va être installé, selon la règle suivante :

  • PTAC < 3,5 tonnes : triflash de 500 mm

  • PTAC > 3,5 tonnes : triflash 700 mm

Si le chantier se trouve sur le bas-côté de la route et qu’il est immobile, alors le triflash peut être remplacé par un panneau AK5, AK14, AK5 lumineux ou AK14 lumineux

Qui est concerné ?

L’article 122-C de l’arrêté du 16 novembre 1998 explique que les véhicules d’intervention et de travaux (à l’arrêt et en progression lente) sont concernés lorsqu’ils interviennent sur une voie ouverte à la circulation publique ou sur une bande d’arrêt d’urgence.

Cette obligation ne concerne pas que ces engins. Les véhicules de signalisation de chantier ou de dangers temporaires doivent aussi être équipés du triflash.

L’article 131-C indique que les véhicules de voirie sont exempts de cette réglementation. Ainsi, les arroseuses, les balayeuses, les bennes à ordures ménagères et les engins de service hivernal (déneigeuses par exemple) ne sont pas concernés.

Cependant, et même si la loi ne l’impose pas, il peut être recommandé dans certaines situations d’en installer un afin de renforcer la prévention et la signalisation des travaux. 

Les différents modèles existants

Il existe beaucoup de modèles différents de triflash. Ainsi, faire le bon choix peut devenir compliqué. C’est pour cette raison que Prozon vous a fait une sélection de produits répondant à vos besoins et au meilleur prix.

En plus de nos triflash sur pied à placer en amont d’un chantier fixe, nous vous proposons aussi des triflash pour véhicules avec différentes méthodes de fixation et différents types d’alimentation.

Si le triflash est destiné à rester constamment sur le toit de votre véhicule, alors nous vous conseillons l’utilisation du triangle led sur charnière (avec ou sans kit de rabattement).

Au contraire, si vous avez besoin de régulièrement déplacer le triflash, de l’enlever et de le remettre, alors optez pour une fixation magnétique. Nous vous proposons un triflash magnétique sans fil et un triflash magnétique filaire. Pensez aussi à notre triflash magnétique de coffre, à notre barre de toit (triflash + gyrophares) et notre triflash avec relevage électrique.

Découvrez toute notre gamme de triflash.